Cela fait déjà un moment que j’ai reçu le livre de Florence Lizé en service presse et je remercie In Octavo Editions de m’avoir fait parvenir quelques-uns de leurs livres.

Cela fait aussi un moment que je l’ai lu. Mais je n’avais pas eu le temps d’en écrire la chronique sur le blog. (Cela fait plus d’un mois que je n’avais rien écrit d’ailleurs…)

Ce n’est pas le seul que j’ai lu, mais j’aime bien écrire mes articles dans l’ordre de mes lectures. Et puis j’aime aussi alterner avec les autres maisons d’éditions qui m’envoient leurs livres.

Florence Lizé, les Rochers de Dubrovnik

Voyage en Croatie

Alice est pétrifiée : son mari, Ante, vient de se suicider. Il s’est jeté du haut d’une falaise. Elle ne comprend pas son geste. Rien ne laissait présager qu’il allait accomplir cet acte affreux. Il n’a rien laissé comme explication.

Ante était Croate. Mais elle ne connaît rien de sa vie, avant elle.

C’est le début de l’été. Elle décide de passer encore un moment « avec lui » en partant pour Dubrovnik. Pour aller chercher des traces de sa vie et peut-être une explication à son acte.

Règle numéro 1 : ne pas se fier aux couvertures des livres

Il arrive très souvent qu’on se fie aux couvertures des livres pour choisir ses prochaines lectures. Et très souvent je me dis que je ne devrais arrêter de le faire. Parce que très souvent je me trompe. Que ce soit dans un sens comme dans l’autre : une belle couverture ne correspond pas forcément à un bon livre et vice-versa.

Je dois donc vous avouer que la couverture ne m’attirait pas tellement. Mais ça, c’est selon mon goût.

J’avais aussi un petit à priori sur le fait que Florence Lizé soit une toute nouvelle écrivain. j’ai toujours quelque appréhension avec les jeunes auteurs. Leur écriture peut être  immature et du coup ça me gêne un petit peu. J’avais eu le même préjugé quand Pierre Corbucci m’avait demandé de lire son livre.

Heureusement, comme j’ai reçu ce roman en service presse, je me devais de le lire.

Mince… En disant heureusement je vous dévoile déjà mon avis non ?

Une belle écriture et une belle histoire

Alors ne passons pas par quatre chemins.

J’ai apprécié ce bouquin. Pour un premier roman, c’est une belle réussite. Il est bien écrit, il se lit facilement, la lecture est fluide. L’écriture est telle que nous imaginons bien les paysages et les décors. Nous partons en Croatie avec la narratrice.

L’histoire est écrite à la première personne. Alice nous raconte son voyage. Mais la recherche de la vérité sur ce qui a poussé Ante à mettre fin à sa vie, n’est en fait qu’un prétexte. Ce voyage est pour Alice, une réelle introspection. Un voyage intérieur qui nous parle parfois à nous aussi, lecteurs.

Ce livre est une confession. Alice se confie à nous et nous l’accompagnons dans son cheminement. Il se lit très vite.

Ce n’est pas étonnant qu’il ait reçu le Premier Prix du Speed-editing 2015 au salon du livre d’Ile de France.

Enregistrer

Enregistrer