Mes chers lecteurs, comme je le dis dans ma page A propos, la lecture n’est pas ma seule passion. Mon autre passion, c’est le Web. Aujourd’hui, je fais un peu faux bond à mes lecteurs passionnés de littérature, car je vais vous parler d’une conférence web, à laquelle j’ai assisté la semaine dernière à Paris.

Mais même si vous préférez que je vous parle de livres, je vous invite vraiment à lire ce qui suit, car je vais parler de choses qui nous concernent tous.

Une conférence dont le maître-mot est le Partage

Début de la conférence Paris Web 2015

Les premières minutes

Cette année était ma troisième participation à « Paris Web, la conférence des gens qui font le web« . Elle se termine à peine et je n’ai qu’une hâte, celle d’être en octobre 2016 pour y retourner.

Cette année, comme l’année dernière, j’y suis allée plus à l’aise que ma première participation. J’y ai retrouvé des gens que je  connais via twitter et des gens que j’avais déjà rencontré ici ou ailleurs. J’étais vraiment contente de retrouver Carine, Nicolas, Sophie, Matthieu et bien d’autres encore. J’ai aussi fait la connaissance d’Enza avec qui j’ai beaucoup accroché tant nous avons de points communs 🙂

C’est tellement sympa de rencontrer des personnes qui partagent la même passion que la vôtre !

Ce que j’apprécie particulièrement à Paris Web, c’est l’état d’esprit de tous les participants, comme des organisateurs d’ailleurs. Nous sommes tous là pour le partage. Ce que j’aime c’est que personne n’est jugé. Moi qui suis si peu sûre de moi-même, parce que jeune dans la profession, je suis toujours émerveillée par la bienveillance des personnes que je rencontre. La preuve :

Et puis surtout, Paris Web est une conférence accessible ! C’est important de le souligner et ça aussi c’est du partage. Ainsi, ici aussi la bienveillance est de mise. Nous sommes tous égaux. A Paris Web, on rencontre des personnes sourdes, aveugles ou à mobilité réduite. Parce que ces personnes-là aussi participent à faire d’internet un monde meilleur. Le bâtiment qui nous reçoit chaque année est accessible. Les conférences sont traduites en langue des signes. Une vélotypie retranscrit en direct la conférence en cours. Et il y a des conférences sur l’accessibilité du web. Et puis, ne l’oublions pas, nous pouvons tous être un jour ou l’autre dans une position de handicap. Quand on prend de l’âge par exemple.

Bref, vous avez compris, je trouve cette conf super !

Les conférences qui ont retenu mon attention.

J’ai apprécié la diversité des conférences pour cette édition. Elles pouvaient être techniques, mais aussi plus globales. Nous avons même eu droit à une conférence sur la langue des signes.  Celles auxquelles j’ai participé étaient toutes intéressantes. J’en ai sélectionnées quelques-unes pour vous en parler aujourd’hui.

La première conférence qui a ouvert les « festivités » était très intéressante et tellement d’actualité. Elle a été donnée par Adrienne Charmet qui travaille à La quadrature du net. Elle nous a parlé d’Internet et liberté. C’est un sujet qui me tient à cœur. Ainsi nous-a-t-elle a parlé entre autre de la législation qui impacte de plus en plus le numérique, et qui passe par des projets très variés comme la prostitution, l’anorexie, l’éducation…, pour arriver à ses fins. Sous prétexte de protéger les personnes face à ces problèmes, notre vie privée est impactée. La loi renseignement a mis en place un système de surveillance algorithmique et cela n’est acceptable. Notre vie privée, nos actions ne sont plus confidentielles. Une société qui se sait surveillée modifie forcément son comportement. Elle nous a aussi parlé d’une loi qui va être votée au parlement européen à la fin du mois d’octobre. Cette loi veut que l’on paye un tarif internet différent selon ce qu’on envoie : des images, des vidéos ou du texte. Elle a un impact direct sur le concept de neutralité du net, dont en voici la définition donnée par La quadrature de net :

La neutralité du Net est un principe fondateur d’Internet qui garantit que les opérateurs télécoms ne discriminent pas les communications de leurs utilisateurs, mais demeurent de simples transmetteurs d’information.

N’hésitez pas à vous renseigner sur ces thèmes : la neutralité du net, la centralisation du net. Ce sont des enjeux importants pour nos libertés.

J’ai aussi beaucoup apprécié la conférence de Marie Guillaumet qui nous a parlé du Design de soi pour valoriser son identité et son expertise sur le web. Tout est dit dans le titre. Le design de soi ne concerne pas seulement le côté graphique, mais aussi la façon dont on va se comporter sur les réseaux. Avec le contenu qu’on y publie ; il faut savoir « oser être soi-même ». Tout au long de sa conférence Marie n’a fait que nous rassurer, elle nous a montré comment nous mettre en valeur. Personnellement je me suis reconnue dans beaucoup de choses qu’elle a dites. Elle nous (m’ ) a fait reposer les pieds sur terre. Comme je ne veux pas la praphraser, parce que tout ce qu’elle a dit est tellement vrai, voici le lien où elle a retranscrit sa conférence. Je vous invite à le visiter à chaque baisse de moral ou chaque remise en question. C’est ce que je vais faire.

J’ai envie de vous parler de la conférence surprise qui a eu lieu à la toute fin de Paris Web. Il s’agit de celle de Sandrine Schwartz qui est interprète en langue des signes. Elle nous a montré l’envers du décor. Elle a soulevé des questions que je ne m’étais jamais posées. C’est vrai que je vois les interprètes chaque année et jamais je ne m’étais posée la question de savoir comment elles allaient traduire des mots tels que Javascript, PHP ou HTML (qui sont les langages qui permettent de créer les pages web). Elle nous a expliqué aussi pourquoi, sur une même conférence, les interprètes changeaient toutes les 10 minutes : parce que traduire en LSF est très éprouvant, surtout à Paris Web. Elle a aussi remis les pendules à l’heure. A savoir qu’on ne parle pas de sourd-muet, car une personne sourde sait parler, qu’on ne dit pas langage des signes mais langue des signes. Sandrine nous a fait beaucoup rire et grâce à elle je ne regarderai plus cette profession de la même manière.

Enfin, je voudrais vous parler d’une informelle qui a eu lieu pendant ces quelques jours. (Une informelle est une conférence organisée sur le vif, donc non organisée à l’avance). Elle concernait l’avenir de Paris Web.  Cette année c’était la dixième édition. Plusieurs personnes de l’équipe organisatrice sont là depuis plusieurs années. Une bonne partie d’entre elles veulent passer à autre chose et donc de quitter la team. Ce qui veut dire que l’existence de cette conférence risque d’être compromise si le staff n’est pas renouvelé. Ils ont fait donc appel à nous. Ils nous ont demandé si nous voulions nous investir. J’aurais bien franchi le pas; j’y réfléchis encore…

En tout cas, merci à eux pour cette dixième édition qui était encore une fois une réussite ! Et j’espère à l’année prochaine !