Mes chers lecteurs, je vous ai délaissés ces derniers temps et j’en suis désolée. Il faut que je remédie à cela et que je reprenne mon rythme de publications. Ma vie professionnelle me prend un peu plus de temps qu’avant et je me suis vue un peu débordée ! J’ai même un peu moins lu (mais cela ne m’a pas empêchée d’acheter de nouveaux livres…)

Ce livre de Sophie Audouoin-Mamikonian m’a été envoyé en service presse. J’ai tout de suite accepté de le recevoir car j’ai toujours entendu parler de Tara Duncan et j’avais non seulement envie de découvrir l’univers littéraire de cette auteure, mais j’avais aussi envie de lire un roman jeunesse.

Je remercie les Editions La Martinière de m’avoir fait parvenir cet exemplaire (qui était, de surcroît, dédicacé !)

La fille de belle de Sophie Audoin-Mamikonian

 

L’histoire

Autremonde. Ce royaume gouverné par le roi Damien attend un heureux événement : la reine est sur le point d’accoucher. Damien est venu à bout de la malédiction qui l’avait touché et qui l’avait transformé en bête. Malheureusement lorsque la petite Isabelle voit le jour, celle-ci est recouverte de poils. Apparemment, la malédiction est toujours présente chez Damien et l’a transmise à sa fille. Mais quelques minutes après la naissance de la petite princesse, la fille de Belle finit par retrouver forme humaine.
Au fil des ans, on se rend compte qu’à l’inverse de son père, Isabelle commande elle-même sa forme. Elle peut devenir bête et redevenir petite fille à volonté.
Les années passent et la vie du royaume est paisible, jusqu’à ce que des problèmes apparaissent. Quelqu’un vient semer le trouble. Qui en veut au roi ?

L’histoire se passe 450 ans avant Tara Duncan.

Mon avis

J’avais déjà entendu parler de Tara Duncan, mais je n’avais encore jamais pris l’initiative de lire les romans sur cette héroïne. Lorsque la série est sortie j’étais déjà adulte et je suis complètement passée à côté. A l’époque Harry Potter battait son plein et je me suis plutôt tournée vers cette lecture.

Je rencontre souvent dans la blogosphère des lectrices qui lisent des romans jeunesse ; cela m’a donné envie de m’y mettre aussi. Il fallait un début à cela, voilà chose faite avec ce livre.

On comprend vite que ce roman est une adaptation de la fameuse histoire de La Belle et la Bête. Personnellement j’aime beaucoup ce type de livre : féérique, imaginaire, surréaliste. Ici on est servi, car c’est exactement ce que l’on retrouve : des vampires, des licornes qui parlent et encore plein d’éléments magiques. J’y ai même trouvé quelques ressemblances avec la saga Star Wars par son côté science fiction.

Avant de commencer à lire, j’avais une certaine appréhension, j’avais peur que le style soit orienté trop « ado ». Mais ce n’est pas le cas. Il y a bien de temps en temps quelques petites tournures de phrases du style « parlé », mais je n’ai pas trouvé cela gênant, après tout c’est un livre qui est destiné à un jeune public.

J’ai apprécié le fait que rien n’a été bloquant dans la lecture de ce roman. En effet, au regard du titre, on pourrait se dire que si on n’a jamais lu les livres de Tara Duncan on puisse être perdu et que l’auteur fasse allusion à des choses qu’un néophyte ne puisse comprendre. Mais rien de cela.

La seule chose et, à vrai dire, non des moindres, est que j’ai trouvé le début du livre un peu long. Il y a beaucoup de personnages, de peuples, j’ai été un peu perdue et j’ai eu du mal à accrocher. J’ai pourtant persévéré et j’ai bien fait car j’ai fini par vraiment bien aimer cette lecture. Rebondissements et suspense m’ont totalement happée. On voit grandir la princesse Isabelle qui devient une jeune femme avec du cran et un caractère bien trempé. Il faut se dire que Sophie Audouin-Mamikonian était bien obligée de planter le décor et je suppose que dans le deuxième tome elle rentrera plus vite dans l’histoire.

J’ai d’ailleurs bien envie de lire le tome 2 car à la fin du livre on a envie de connaître la suite !

Encore merci aux Editions La Martinière pour cette découverte !


La fille de Belle, Sophie Audouin-Mamikonian. Editions La Marinière, 2015, 428 pages. ISBN : 978-2732470610