La chance qu’on peut avoir quand on fait partie d’un club de lecture c’est de pouvoir découvrir de nouveaux horizons littéraires. Cela fera trois ans en novembre prochain que j’ai créé ce cercle et j’en suis plus que contente. Chaque mois j’attends avec impatience notre rendez-vous pour pouvoir échanger sur nos lectures communes.

Avec ce livre, « Tours et détours de la Vilaine Fille », c’est la première fois que je lis un auteur Péruvien. J’ai déjà lu de la littérature sud-américaine, avec notamment le grand Garcia Marquez, pour ne citer que lui, et son magnifique Cent ans de solitude.
Florence qui a proposé cette lecture nous a dit qu’elle n’a jamais été déçue par les auteurs venant d’Amérique du Sud. Alors voyons voir ce que nous avons pensé de ce roman.

vilaine fille vargas llosa

Les premières lignes

Ce fut un fabuleux été. Perez Prado vint à Lima avec son orchestre de douze musiciens pour animer les bals de carnaval au Club Terrazas de Miraflores et au Lawn Tenis, et un championnat national de mambo fut organisé aux arènes d’Acho, avec un grand succès malgré le cardinal Juan Gualberto Guevara, archevêque de la ville, qui menaça d’excommunier tous les couples de danseurs ; et puis mes copains du quartier Alegre à Miraflores, des rues Diego Ferré, Juan Fanning et Colon, disputèrent les Olympiades de football, cyclisme, athlétisme et natation contre la bade de la rue San martin : on remporta toutes les médailles bien sûr.

L’histoire

Ricardo habite dans un quartier bourgeois de Lima. Il est adolescent lorsqu’il fait la connaissance d’une jeune Chilienne dont il tombe amoureux. Il lui fait des avances auxquelles elle ne cède pas. Il fait tout pour la séduire, mais rien n’y fait.

Plusieurs années plus tard, Ricardo s’en va vivre à Paris où il devient interprète et traducteur. Les années ont passé mais il a toujours dans un coin de sa tête le souvenir de la petite Chilienne. C’est un souvenir, jusqu’à ce que par le plus grand des hasards elle refait surface. A Paris. Il la reconnaît tout de suite, mais pas elle. C’est là que commencent les tours et détours de cette vilaine fille. Toute une vie pour Ricardo.

Nos avis

Mirela a trouvé que le personnage féminin éveille des sentiments très désagréables. Elle a beaucoup aimé ce livre, son style. Elle l’a apprécié car il nous fait voyager dans différentes villes, différentes époques, différentes cultures.

Julie a eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire au début, où elle n’aimait rien. Elle trouve qu’il y a beaucoup trop de choses inutiles qui y sont racontées. Elle a rencontré des difficultés pour lire ce livre. Arrivée à la moitié du roman, elle l’a un peu mieux aimé mais son avis reste quand même mitigé.

Nadine a beaucoup aimé. Elle a aimé cette différence entre les deux personnages qui malgré tout sont deux êtres qui s’attirent. Lui est quelqu’un de posé, de carré, de concentré sur l’avancement de sa carrière. Elle, est tout le contraire, seule ne compte que la reconnaissance sociale.

Jérôme a trouvé beaucoup de similitudes avec le livre d’Orhan Pamuk, Le musée de l’innocence, à cause de cette histoire d’amour obsessionnelle. Il a trouvé que le personnage féminin était un mirage tandis que le personnage masculin a fait preuve d’un grand manque de courage.

Pour Christine, jusqu’à preuve du contraire, ce livre est le top one de l’année. C’est le genre de littérature qu’elle adore et qui rassemble tout ce qu’elle aime dans un livre dans le style et l’histoire. De plus, on découvre ici l’histoire du Pérou.

Pour Florence aussi ce livre rassemble tout ce qu’elle aime, comme Christine, dans le style et l’écriture. Ce, même si, de prime abord, le titre ne lui plaisait pas. Elle a vécu à fond ce livre, elle a aimé les personnages.

Quant à moi, je ne suis pas prête de l’oublier. Comme Jérôme, j’ai trouvé des ressemblances avec le livre d’Orhan Pamuk. Mais à choisir, j’ai largement préféré celui-ci. J’ai éprouvé de la peine envers Ricardo, à le voir ainsi manipulé. Il est seul au monde et il s’accroche à cette vilaine fille. L’aime-t-il vraiment ? N’est-ce pas plutôt cet amour inaccessible qui l’attire ? J’ai aimé lire ce livre. De plus il m’a enlevé un à priori que j’avais par rapport au Pérou. Pour moi ce pays n’était peuplé que de gens pauvres. Je ne m’étais jamais rendue compte qu’il pouvait y avoir là-bas aussi, une classe bourgeoise et érudite… C’est un petit coup de coeur bien placé !


Tours et détours de la vilaine fille, Mario Vargas Llosa, Folio, 2006, 417p. ISBN : 978-2-07-035140_4