Ce livre est dans ma PAL depuis très longtemps, plusieurs années même. Je me souviens encore de ce jour où je l’ai acheté. J’avais dû lire la quatrième de couverture et l’histoire m’avait sans doute interpellée. Le fait qu’il ait reçu le Grand prix du Roman de l’Académie Française avait probablement aussi contribué à ce que j’en fasse l’acquisition.

C’est un tout petit livre et en général, je n’aime pas trop (voire pas du tout) les histoires courtes. Mais il m’arrive souvent de me laisser tenter…

Eric Faye, Nagasaki (Couverture)

Le début

Il faut imaginer un quinquagénaire déçu de l’être si tôt et si fort, domicilié à la lisière de Nagasaki dans son pavillon d’un faubourg aux rues en chute libre. Et voyez ces serpents d’asphalte mou qui rampent vers le haut des monts, jusqu’à ce que toute cette écume urbaine de tôles, toiles, tuiles et je ne sais quoi encore cesse au pied d’une muraille de bambous désordonnés, de guingois.

L’histoire

Une homme d’une cinquantaine d’années vit seul dans une bourgade de Nagasaki.

Il vit une vie plutôt banale. Il travaille la journée et rentre chez lui le soir dans sa maison vide. Un jour où il s’aperçoit que les aliments dans son réfrigérateur diminuent. Il décide de placer une webcam dans sa cuisine, afin de comprendre ce qui se passe chez lui. Il découvre vite qu’une femme vit chez lui, à son insu.

Cette histoire est tirée d’un fait divers qui s’est déroulé en 2008.

Mon avis

J’ai un avis mitigé. Je ne saurais dire si j’ai aimé ce roman, ou si je ne l’ai pas aimé.
Il se lit facilement et très rapidement.
Je ne vois cependant pas l’intérêt d’avoir écrit ce livre, dans le sens où j’ai comme l’impression que c’est juste une retranscription du fait divers.
A la fin du livre, je suis restée un peu sur ma faim. J’aurais aimé que cet homme et cette femme s’expliquent. Se parlent.

Peut-être l’auteur aurait pu imaginer et retranscrire la vie de cette femme cachée dans cette maison. Nous raconter les stratagèmes qu’elle a dû mettre en place pour passer inaperçue. Et comme je le disais plus haut, créer une rencontre entre les deux personnages.
Il aurait pu nous raconter un peu plus de la vie de cet homme.

Ce livre salué par l’Académie Française suscite un certain étonnement de ma part. Il doit certainement y avoir un intérêt. Mais, visiblement, je suis passée complètement à côté. J’aimerais bien connaître la raison qui a poussé les membres de l’Académie à lui attribuer ce prix. J’ai d’ailleurs cherché une réponse à ma question, mais je n’ai rien trouvé.

Une chose par contre qui m’a marquée, c’est qu’on croirait presque que ce livre a été écrit par un auteur Japonais. Un Murakami par exemple. C’est peut-être là tout l’intérêt du livre ?

Malheureusement cette lecture ne me pousse pas à vouloir connaître les autres romans de cet écrivain.

L’auteur

Eric Faye est un auteur Français, né en 1963 et est diplômé d’une école de journalisme. Depuis le début des années 1990, il est l’auteur d’essais, de nouvelles, de romans